Quand le rap parle de Centrale

Lorenzo, Val, Orelsan… Autant d’anciens Centraliens qui parlent de leur amour du jambonnage et du stacks

Si Centrale Nantes est avant tout la première école du numérique, elle est également créatrice de vocations bien différentes et nombreux sont les Nantraliens qui à peine leur diplôme en poche retrouvent la direction des studios pour nous sortir du gros son qui tache. Rien qu’à voir le rap Taulart, on sent déjà la relève arriver! Il n’est donc pas surprenant de voir ces grands noms de la chanson française faire hommage à l’école qui leur a tout appris. Voici un petit florilège des plus belles références subtiles du rap game à Centrale.

 « Dsl chérie y a plus que de l’alcool au frigo » (Lorenzo cuisinier de liste pendant les campagnes)

« Si t’as l’impression que personne comprend, c’est pcq personne comprend » (Orelsan qui fait un clin d’œil aux amphis de Flu)

« Au fond tout le monde s’en fout » (Fianso qui répond à un Artscenic parlant de l’injustice des campagnes)

« Ne crois tu pas que je sais ce que je fais, tellement longtemps que je fais la guerre, le prochain c’est Damso »  (Booba en plein stacks, expliquant à un EI0 innocent comment il encadre son voisin, visiblement Damso)

« Ma sueur vient que de l’effort, le stress me sert de décor » (le copain Damso qui sent la grosse pile se rapprocher violemment vite)

« Ce monde est cruel » (Vald quand il découvre qu’il a un partiel de SSTEM pendant les campagnes)

« Les élites sont des satanistes (quoi d’autre), De sombres sorciers maîtrisant la magie (quoi d’autre) » (tjrs Vald parlant de la Scol et de leur méthode d’attribution des options)

« Beaucoup d’adultes sont des enfants très mal éduqués » (Lefa, membre du staff Wei quand il découvre l’état du bungalow de la Fanf)

« Bas les couilles de l’Himalaya, bas les couilles je vise plus le sommet » (PNL quand ils découvrent leur note au partiel de Flu et qu’ils réalisent que le vœu 1 va attendre)

« Tu peux pas guérir dans l’environnement qui t’a rendu malade » (Dosseh en gueule de bois après le allo Tracknard quand on lui propose de retourner en allo le soir même)

« J’fume la beuh d’Amsterdam, celle qui est bonne qui te monte au crâne » (Jul racontant à ses potes ses expériences culturelles lors du Week end culturel)

« Comme c’est trop bon la vie d’artiste » (Koba LaD, membre du BDA quand il se rend compte qu’il a rien à organiser grâce au Covid)

« J’connais les rappeurs, la plupart c’est des zigotos » (Niska exprimant son respect pour les rappeurs des rap battles des campagnes)

« On ne se rend compte des choses qui comptent que quand on nous les arrache » (Nekfeu en arrivant au partiel de flu et apprenant que les calculatrices sont interdites)

« La jalousie, une maladie qui touche souvent tes proches » (Kalash qui répond aux rageux quand ils apprennent que la fanf valide l’engagement citoyen)

« Rien n’est à moi, rien n’est à nous » (SCH reconnaissant que son binôme a joyeusement pompé le compte rendu de TP sur un kit jambon)

Mustang

Mustang

Ancien membre "actif" du journal célèbre pour ne jamais respecter le thème du mois
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments