Mes clubs à Centrale : Japanim x club BD

Des mardis soirs sans saveur, des esprits bridés par l’alcool et les softskills, en terrible manque de stimulation ? L’ECNiouzes a entendu vos doléances et vous propose ce mois-ci de découvrir deux clubs de Centrale : Japanim et le club BD.

Album cultissime disponible au club BD (armoires de la MDE)

« Bonjour, je suis Nicolas Sarkozy et je vais vous lire le temps des tempêtes pour Audible. »

Mardi soir, 20h, salle comble, lumière éteinte et projecteur allumé. Vous paniquez déjà à l’idée d’avoir atterri dans le club Secte de Centrale, tandis qu’à l’écran s’animent des images aux couleurs pastels et que des lettres dansantes s’assemblent pour afficher les mots Fuli Culi.

Un doux parfum de kebab vous tire alors de votre torpeur. Loin de la réunion annuelle du club Secte de Centrale que vous craigniez, l’ambiance cosy, émanant de la vingtaine de Centraliens enfoncés douillettement dans les canapés autour de vous, kebab à la main, confirme que vous assistez à rien de moins que la projection hebdomadaire du club de mangas et japanimation de Centrale : j’ai nommé Japanim !

Après un test son satisfaisant (on remercie Sarko), les premiers épisodes d’une série sont diffusés devant une copieuse collation, traditionnellement commandée au kebab du quartier (ou exceptionnelement à la pizzeria askip). Puis les participants peuvent, s’ils en ont envie, discuter à propos de la séquence visionnée voire débattre sur des sujets plus polémiques tels que le doublage VO et VF des animés, ou encore si SAO est « un chef-d’œuvre majeur de l’animation japonaise », question des plus épineuses à n’en pas douter.

En France, doubleur c’est un métier, du coup le doublage est plutôt pas mal.

Membre du club Japanim défendant la VF

[La VF], ça souffre de la comparaison avec le doublage japonais.

Autre membre du club, plutôt partisant de la VO

Comme le souligent le président, Simon Empeyrou, interviewé pour l’article, et la (malheureusement très minimale) communication du club Japanim, celui-ci se veut le plus inclusif possible, en proposant un contenu original tout en restant accessible aux néophytes : « tout le monde y trouve son compte ». De nombreux participants nous expliquent qu’ils ont, grâce au club, découvert des œuvres qu’ils n’auraient pas regardé autrement, voire que le club leur a ouvert les portes de la japanimation.

Ainsi, Japanim tient à « casser la vibe un peu sectaire des fans de manga/anime » : en adaptant son contenu, d’abord, mais également en participant à des évènements Centraliens avec un public plus varié, tels que la soirée Japon en partenariat avec le club Japon. Des évènements en collaboration avec d’autres clubs, comme le club Cocktail (cliquer pour voir l’article correspondant), sont également à l’agenda (pourquoi pas l’occasion de découvrir Death Parade…).

« Y a beaucoup de gens qui sont arrivés dans le monde de l’animation avec Sword Art Online, comme beaucoup sont arrivés grâce à Ghibli ou alors Your name. »

Simon Empeyrou, président du club Japanim

Si le club Japanim se concentre sur les films et séries d’animation, il ne faut pas oublier que ceux-ci sont étroitement liés avec un autre support artistique qu’est le manga : de nombreuses œuvres animées tirent leur origine d’une oeuvre papier, et inversement. L’ECNiouzes a donc invité les membres du club a partager leur avis sur certains mangas dont dispose le club BD, et accessibles à tous les Centraliens dans les armoires de la MDE.

Detective Conan (3,3/5)
Aventure/Humour/Mystère
Ken le Survivant (5/5)
Aventure/Action/Horreur/Fantasy/Politique
Death Note (4,3/5)
Horreur/Fantasy/Mystère/Politique
Berserk (4,7/5)
Aventure/Action/Horreur/Fantasy
Fullmetal Alchemist (4,8/5)
Aventure/Action

La liste de lecture des membres de Japanim :

  • Evangelion
  • 91 days
  • Jojo’s Bizarre Adventure
  • Naruto
  • Radiant
  • Komi San can’t communicate

[Pour commencer le manga, je conseille] des œuvres n’essayant pas de casser les codes déjà particuliers des mangas et celles n’étant pas trop ancrées dans la culture populaire nippone (par exemple Erased ou Death Note sont des thrillers plutôt proches du genre d’histoire qu’on pourrait retrouver dans nos pays occidentaux et qui offrent une bonne introduction à l’univers des mangas).

Membre du club Japanim

Vous vous ennuyez depuis la fin des campagnes et cherchez à découvrir (ou redécouvrir !) des œuvres phares du manga et de la japanimation ? Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire : viendez à la MDE mardi à 20h, ou contactez Simon Empeyrou pour être tenu au courant de toutes les actualités de Japanim !

Merci à Félix, Félix, Simon, Rémi, Clément, Aurélien et Quentin pour leur contribution précieuse pour l’écriture de cet article ! (Oui y a bien 2 Félix c’est pas une faute de frappe grr)

Ariel le bg

Ariel le bg

Influenceuse novice, elle suit avec assiduité des cours de lecture de cartes de tarot et les derniers sons de PLK. Et ça lui arrive de partager deux trois infos en ligne.
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
le 28
le 28
il y a 4 mois

SAO (le LN) est objectivement un chef-d’oeuvre, et je vois pas comment les gens jugent une vf par rapport à une vo alors qu’ils en bégaient au premier kanji.

Super article !