Culture box : les poissons

Tour d’horizon des découvertes culturelles poissonneuses. Ou comment réaliser que j’ai possiblement une culture de niche sur ce sujet, et que c’est étrange.

L’intelligente revue d’Arte sur les poissons au cinéma

Blow up, série d’Arte consacrée au cinéma, décrypte ici la présence des poissons au cinéma : complètement dans le thème du mois, la vidéo vous permettra aussi d’ajouter quelques films à votre liste de must-see… et au passage, de découvrir quelques références du visuel du site ?

Le glaçant documentaire Blackfish

On quitte le cinéma pour la réalité : le documentaire Blackfish s’attaque au sujet des orques dans les parcs aquatiques. Partant d’un drame meurtrier à Seaworld, le documentaire quitte vite le sensationnalisme pour plutôt démontrer les dangers de la captivité des animaux. Une belle occasion d’en apprendre plus sur les orques, la complexité de leur cerveau et de leur sociabilité, et rejoindre le club des fans inconditionnels d’orques de Centrale dans lequel je me sens bien seule !

Le bizarrement palpitant tuto de découpe d’un thon

Ou comment complètement respecter et sublimer la chair d’un animal. Personnellement, je trouve ça fascinant. Mais sachez quand même que le thon rouge a été une espère en voie de disparition, et se refait une santé en ce moment grâce aux stricts quotas de pêche.

Pour compenser, vous pouvez trouver ici des guides de consommation et d’achats durables réalisés par l’association Bloom.

La succulente nouvelle de Zola « Les coquillages de Monsieur Chabre »

Oui les coquillages ne sont pas des poissons. Mais à un moment donné, y’a deux personnes qui se baignent dans la mer. Il doit y avoir des poissons autour. Donc ça passe.

Et puis c’est marqué « nouvelle érotique classique » et je parie que tu ne pensais pas Zola comme ça.

Il se bourrait de coquillages, matin et soir, avec une conviction d’homme qui s’administre une médecine. Le pis était qu’il détestait ces bêtes inconnues, aux formes bizarres, élevé dans une cuisine bourgeoise, fade et lavée, ayant un goût d’enfant pour les sucreries. Les coquillages lui emportaient la bouche, salés, poivrés, de saveurs si imprévues et si fortes, qu’il ne pouvait dissimuler une grimace en les avalant ; mais il aurait avalé les coquilles, s’il l’avait fallu, tant il s’entêtait dans son désir d’être père.

livres.fnac.com

L’aventureuse chaîne youtube Lords of the Ocean

On revient aux poissons, et pas les plus petits : les requins ! Lords of the Ocean se donne pour projet de partir à la découverte des cinq requins réputés les plus dangereux du monde. Mangeurs d’hommes ou grosses bêbêtes aux yeux un peu vitreux ? Suivez l’aventure de ces quatre amis de Brest au Costa Rica : mieux qu’une série Netflix !

L’essentielle émission de France Culture…

…sur les enjeux économiques et politiques du poisson.

« La surexploitation du poisson par la pêche industrielle et l’extinction de certaines espèces peuvent-elles être évitées ? Enjeu économique et environnemental majeur, comment le poisson cristallise-t-il nombre de tensions géopolitiques ? »

Oui, j’ai copié-collé leur texte de présentation.

Le démonstratif retour du saumon à Seattle, par Nicolas Gilsoul

Dans son livre « Bêtes de ville », Nicolas Gilsoul décrit bête par bête, ville par ville, le retour des animaux dans notre urbanité. Et il y a de jolis dessins.

Les architectes ont dessiné pour [le saumon] un récif artificiel confortable, des contreforts alternés en béton cellulaire, des banquettes à degrés et même des plages de repos. […] Monsieur Saumon peut désormais aller au musée.

Le… le… cette découverte n’a ni nom, ni adjectif.

Écoutez. Laissez l’algorithme de Youtube vous guider de découvertes en découvertes. Révisez vos classiques.

bonjour

bonjour

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments