Nouvelle option Énergies Renouvelables et Intégration au Réseau [ENRRES]

Responsable : Boris CONAN

  • Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis enseignant-chercheur à Centrale Nantes et au LHEEA depuis 2015. J’enseigne la mécanique des fluides sous diverses formes : FLUID en EI1, turbulence (option et master), modélisation numérique CFD (option et master), météorologie. Mes travaux de recherche portent sur l’étude de l’atmosphère (équipe DAUC), principalement grâce à des essais en soufflerie et des mesures terrain. La croissance du secteur de l’éolien en mer porte les thématiques de recherche sur la connaissance de la ressource en mer et sur l’étude des interactions de l’atmosphère avec des éoliennes flottantes. Je travaille sur la ressource éolienne depuis plus de 10 ans.

  • À quel(s) besoin(s) répond la création de cette option ? On traite déjà des EnR (ndc Energies Renouvelables) dans l’option Energ, et dans le cours d’ENCLI.

L’option a pour ambition de préparer les étudiants à un secteur d’activités en plein essor, les ENR, qui ont des spécificités technologiques, réglementaires et économiques qui favorisent la révolution du secteur de l’énergie. Ce secteur transdisciplinaire par nature est abordé dans l’option avec des majeures disciplinaires franches : mécanique des fluides, mécanique du solide, résistance des matériaux, fonctionnement des systèmes électriques et contrôle des systèmes électriques.

L’option permet une connaissance approfondie de ces systèmes et des disciplines dont le secteur a besoin avec la prise en compte de l’ensemble des paramètres là où le cours d’ENCLI est plutôt un aperçu et où l’option ENERG est plus généraliste avec une approche plus systémique. Dans l’option ENRRES, on rentre par exemple dans le détail du fonctionnement d’une éolienne par une approche pluridisciplinaire avec des cours sur la dynamique de l’atmosphère, l’aérodynamique d’une aile portant, le dimensionnement des pales, l’étude des interactions fluide-structure.

Cette option répond aussi à une attente grandissante des élèves pour une formation de ce type.

  • De quoi parlent les cours (plus spécifiquement que « des EnR ») ?

Sur l’ensemble de l’option, 12 modules de 32h, les technologies ENR matures sont traitées en profondeur (deux modules sur l’éolien, un module sur le solaire et un module sur l’hydroélectrique) au travers d’une approche multi-disciplinaire avec des majeures en mécanique des fluides, mécanique du solide et la résistance des matériaux. Le fonctionnement de ces systèmes électriques et leur contrôle font aussi partie intégrante des connaissances indispensable pour maîtriser l’ensemble des enjeux de ces technologies. L’intégration des ENR au réseau de transport d’électricité est un enjeu de premier plan qui est abordé dans l’option en lien avec des activités de recherche.

Un dernier groupe de cours comprend la connaissance des grands enjeux de la transition énergétique, de ses aspects juridiques, économique et environnementaux ainsi qu’un cours d’introduction à la science des données.

Syllabus : https://etudiant.ec-nantes.fr/version-francaise/enrir

  • Quel est le format des cours, et leur proportion : conférences, CM, TD, TP ?

La répartition des cours est assez classique : CM 45%, TD 20% TP 15% et projet 20%.

  • Comment est organisée l’année ? A-t-on un ou plusieurs projets ? Si oui, quelle forme prennent-ils ?

En période 2 et 3, un projet est proposé sous la forme originale d’une réponse à un appel à projet en simulation de mise en situation professionnelle. La simulation vise à expérimenter, à l’aide de modalités proches d’un « serious game », les démarches et activités réalisées par un développeur de projets de production d’électricité lors des phases de réponses à un appel à projets (activités à la fois technique, managériale et commerciale). En plus des connaissances acquises pendant la formation, cette simulation doit permettre aux étudiants de renforcer/utiliser un certain nombre de compétences transversales indispensables à ce type de fonction : être autonome ; écouter, argumenter ses choix et négocier ; trouver l’information et la prioriser ; découper, distribuer et réaliser des taches ; organiser son temps de travail ; développer son esprit d’analyse et de synthèse.

  • Faut-il être certain de vouloir travailler dans le domaine des EnR pour choisir cette option, ou convient-elle à un ei1 indécis sur son avenir ? (Cette option est-elle restrictive, notamment pour la recherche de stages ?)

L’option s’appuie sur des concepts disciplinaires importants : résistance des matériaux, aérodynamique, hydrodynamique, systèmes électriques qui sont généraux et tout à fait utilisables dans un autre contexte que celui des ENR. Je dirai que l’option ENRRES offre une coloration claire, mais que le bagage disciplinaire est assez riche pour pouvoir être utilisé dans un autre contexte.

  • Quelles sont les perspectives d’avenir ?

La filière des ENR est le débouché principal de cette option. Les activités sont variées : bureau d’étude et d’expertise / conseil, recherche et développement, logistique, production, commerce, finance…

Les connaissances disciplinaires et les compétences acquises lors de l’option sont tout à fait adaptables à d’autres secteurs d’activité dans l’énergie, mais aussi dans le transport ou l’industrie.

Noé Crivain

Noé Crivain

Tel des notes d'Algo rendues rapidement, je n'existe pas. Je suis simplement le profil administrateur de ce site, pour publier des articles anonymes ou non publiés sur le site par leurs auteurs. N'oubliez pas non plus de saluer mon amie Amélie sur Facebook ;)
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments