Option Propulsion et Transports (PROPU)

Quantité de travail : 7,9/10 (17 réponses)
Page officielle de l’option

Bonjour à toi, jeune EI1 !

Est-ce que tu aimes les voitures ? Tu as toujours aimé la mécanique automobile (bonjour les karteux !) et tu as envie de pouvoir travailler dans ce domaine plus tard ?

En fait, non ? Ton truc c’est plutôt l’avion ou le train ? Ou tu penses même que c’est dépassé ces gros moteurs polluants et que l’on devrait passer à l’électrique ?

Dans tous les cas, tu trouveras ton bonheur dans l’option propulsion !

Le but de l’option est d’étudier les différents types de motorisations ainsi que leur application sur les transports associés. Le cadre de l’option est donc très large et donc très général, ce qui permet d’acquérir un certain nombre de connaissances sur des domaines  finalement variés.

Comme beaucoup d’options disciplinaires, l’année est répartie en trois périodes. Les deux premières forment le premier semestre, tandis que la dernière période est la partie du second semestre avant le départ en stage.

La première période est réputée comme étant la plus intense et la plus théorique. On y apprend des notions de base qui seront réutilisées par la suite. On a une partie des cours en commun avec l’option Energ, notamment Combustion, Turbomachines qui comprend l’étude de turbines, compresseurs et pompes, et Thermodynamique. Si vous n’avez pas fait le cours court Energ en première année, ne vous inquiétez pas, on reprend certaines bases de thermo dans le cours associé. On a aussi un cours très complet qui nous présente ces bons vieux moteurs à pistons !

La deuxième période continue avec quelques cours théoriques, notamment dynamique des gaz et aérodynamique du véhicule. Mais, on commence à avoir des interventions de vacataires extérieurs travaillant dans des entreprises ou laboratoires extérieurs. On a donc des présentations aussi bien sur les batteries et l’hybridation (coucou les écolos !) que la propulsion en aéronautique et la mécanique automobile. Cette période comprend aussi une initiation à la simulation informatique des moteurs sur Amesim.

La dernière période est moins chargée, dans le cadre où elle comprend quasiment que des cours de vacataires venant de l’aérospatial, du maritime et du ferroviaire. Tous les TP sont répartis sur cette partie de l’année.

Vous devez vous demander où se trouvent les projets que l’on doit rendre sur ces périodes. Eh bien, en réalité, il n’y a qu’un seul projet qui doit être fait sur toute l’année et qui est donc assez conséquent. Les projets proposés peuvent porter sur des problématiques qui peuvent être rencontrées dans la recherche ou dans le monde professionnel, et ils permettent de maitriser des outils qui sont utilisés en entreprise, comme par exemple Amesim ou GT-Power. C’est donc en définitive, un travail enrichissant.

Ainsi, comme je vous l’ai annoncé au début, l’option balaye un très grand nombre de sujets, et on a donc la chance d’avoir pu apprendre de personnes venant directement de grandes entreprises, comme PSA et Renault pour les moteurs automobiles, Snecma et Turboméca pour les moteurs aéronautiques, MAN pour le maritime, Alstom pour les transports ferroviaires, Mann+Hummel pour les équipements automobiles ou encore l’IFP pour l’hybridation. Cela permet, en plus des notions emmagasinées, de pouvoir comprendre différentes entreprises et d’observer des manières de traiter  la propulsion extrêmement variées. On peut aussi découvrir des aspects d’une technologie que l’on ne soupçonnait pas.

Cependant, si vous êtes attirés par un domaine particulier, certaines de ces interventions pourront vous paraître relativement inutiles au-delà de la découverte. Par exemple, si vous voulez travailler dans l’automobile, vous pouvez être déçus par la dernière période. Et pourtant, vous l’aurez compris, en lisant cet article, l’option est très fortement axée sur l’automobile.  C’est un peu le revers de la médaille. Par ailleurs, les intervenants venant parfois de loin, les cours associés se font sur des blocs de 6 heures, ce qui est très dense.

De même, la partie pratique arrive assez tard, et si vous êtes un peu bricoleur, vous pouvez être un peu surpris d’attendre février avant de toucher un moteur. Mais, il faut quand même relativiser dans le cadre où c’est quand même vachement stylé de pouvoir piloter un banc d’essais moteur et qu’on est une des seules écoles en France qui permettent de faire ça !

De plus, lors des entretiens c’est un véritable avantage de pouvoir vendre une formation « complète » en propulsion aéronautique, marine, automobile et ferroviaire.

Dans l’ensemble, l’option arrive à mêler théorie et pratique, recherche et monde industriel, tout en traitant chacun des sujets de manière complète.

Donc, si vous voulez travailler dans le monde des transports d’une manière ou d’une autre, je vous la conseille !

Article rédigé par l’Option Propulsion

Noé Crivain

Noé Crivain

Tel des notes d'Algo rendues rapidement, je n'existe pas. Je suis simplement le profil administrateur de ce site, pour publier des articles anonymes ou non publiés sur le site par leurs auteurs. N'oubliez pas non plus de saluer mon amie Amélie sur Facebook ;)
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments