Nous étions là

Poème présenté aux ICAres 2022

Nous étions là. Ici. À vivre ces instants.
Dans les bars, dans la gare. Sans croire s’émouvoir.
Pensant vivre sans toi, hagard, loin de savoir.
J’ai cru hélas, aussi, te voir pour tout le temps.

Voilà que je te quitte, et que je fais valise.
Est-ce que je mérite, qu’on me psychanalyse ?
Suis-je seule victime ? Le seul pris de hantise ?
Car sans toi je déprime et me sens incomprise.

Je me souviens, tu sais, un souvenir lointain.
J’allais tranquillement mes cheveux sous ton souffle
Sans me soucier du temps, humide et incertain,
Je pleurais dans l’espoir qu’aujourd’hui se camoufle.

Il me tarde d’aller, mais j’ai peur de partir.
Comment sans t’habiter vais-je pouvoir tenir ?
Je ne peux m’habituer à vivre sans ton âme,
Je ne ferais que tuer le temps loin de ton charme.

Par pitié, retiens-moi ! Pourquoi tu m’abandonnes ?
Je suis ton vile enfant, ta fille de la rue
Celle papillonnant tes pavés parcourus
À la recherche d’un toit, qu’aujourd’hui me donne
Une autre ville.

Félix Delattre

Noé Crivain

Noé Crivain

Tel des notes d'Algo rendues rapidement, je n'existe pas. Je suis simplement le profil administrateur de ce site, pour publier des articles anonymes ou non publiés sur le site par leurs auteurs. N'oubliez pas non plus de saluer mon amie Amélie sur Facebook ;)
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments